« Que la vérité soit! » – May Ménassa

May MénassaVivons-nous le règne du diable en un monde qui allume les guerres, comme on allume une cigarette, commet les pires carnages au nom d’un dieu vindicatif et haineux, proclame la corruption pour une unique loi «le mal», cette vermine qui érode nos valeurs et nos espoirs?
Père Mansour Labaky, cet homme qui nous a appris à tendre la main et le coeur, à ces enfants privés de leur enfance ,victimes des plans diaboliques qui déchirèrent notre pays, se trouve aujourd’hui victime de ce mal qui ronge la société,accusé des pires actes qu’un juste, loyal, généreux, ne peut commettre.

Ces enfants que le père Mansour, inspiré par sa foi et son serment, s’était converti en père et en mère pour apprendre à les élever, ces enfants meurtris par l’absence du cœur d’une mère,égarès par la perte d’un père, trouvèrent en lui celui qui allait combler le vide, surtout les aimer ,sachant que seul l’amour est capable de cicatriser les blessures et donner un tonus pour aller de bon pied dans la vie.

Le résultat est là devant nos yeux, ces enfants devenus aujourd’hui des prêtres ,des pères de famille, pieux, éduqués à l’ école de cet homme qui leur a inculqué les bonnes valeurs de l’existence, se retrouvent, blessés de la blessure de leur « père » révoltés devant cette torture morale que ces gens sans foi ni loi, s’acharnent sur l’innocent et réclament sa mort.

Que faisons-nous, impuissants, comme les disciples de Jésus, que d’ assister à la crucifixion du juste, en attendant comme lui la main salvatrice de celui qui subit il y a 2000ans ce même Tort : d’avoir aimer.

Sincèrement

May Menassa

Amie de Lotedhal, j’ai accompagné le chemin du père à partir du massacre de Damour. Journaliste, j’avais porté mon témoignage sur les pages de mon quotidien Annahar. C’est une longue histoire parsemée d’espoir et de ronces que le père a traversè avec courage et espérance. Que la vérité soit!